Yoga et souplesse : est-ce indispensable ?

Sommaire

Le yoga ne demande pas au pratiquant d’être souple dès la première séance. Au contraire, le yoga est un des sports, avec la danse ou la gymnastique, qui permet de devenir souple. Afin de pouvoir créer cette souplesse, la pratique régulière doit être couplée à celle de la respiration profonde.

Développement de sa souplesse grâce au yoga

Le corps humain est physiologiquement souple. La souplesse n’est donc pas un don ni un gain mais bien quelque chose qu’il est possible de retrouver ou de dévoiler, notamment grâce à la pratique du yoga. Pratiquer différentes postures de yoga permet ainsi de :

  • stimuler et développer des muscles profonds, rarement sollicités ;
  • éradiquer des résistances physiques, notamment dues à un manque de confiance en soi et qui rendent le corps rigide ;
  • évacuer le stress et les tensions en travaillant sur le sentiment de relâchement du corps, de lâcher prise et d’abandon ;
  • répéter les mêmes postures afin de progresser en souplesse.

Bon à savoir : pratiquer les yeux fermés peut aider au relâchement psychique et physique.

La souplesse n’est donc pas une condition requise pour profiter des bienfaits du yoga. À cette progression s’ajoutent celles de :

  • l’équilibre ;
  • l’endurance ;
  • l’acceptation de soi ;
  • la maîtrise du souffle.

À noter : la souplesse s’acquiert progressivement et profondément par le suivi régulier de cours de yoga.

Yoga et souplesse par la respiration

Lors d’une séance de yoga, c’est par la maîtrise du souffle que l’énergie va circuler dans le corps. La respiration demeure un des éléments primordial dans l’acquisition de la souplesse et notamment l’expiration par le nez.

Cette expiration présente de nombreux avantages comme :

  • la détente, le calme et le relâchement progressif du corps qui lui permet de s’assouplir ;
  • l’élimination du sentiment d’inconfort lors d’étirements profonds, parfois intenses ;
  • la limitation des résistances et des crispations du corps face au travail : elles permettent ainsi d’éviter les blessures et tensions musculaires.

Bon à savoir : lors de la pratique du yoga, il est déconseillé de s’arrêter de respirer ou de couper son souffle. Le cas échéant, un retour au calme est alors nécessaire avant de poursuivre l’exercice.

En complément de cette pratique de l’expiration, il est également nécessaire de la coupler à :

  • des étirements doux ;
  • des mouvements doux et dynamiques alternativement ;
  • la mobilité des articulations qui peut être pratiquée à l’échauffement pour les réchauffer et donner plus d’ampleur aux mouvements.

Quelques conseils pour gagner en souplesse

Si l’on pense manquer de souplesse ou simplement pour entretenir cette dernière et aller plus loin, certains réflexes simples peuvent être adoptés. Parmi eux :

  • La pratique du yoga en fin d’après-midi ou en soirée, deux moments où le corps offre moins de résistance ou de raideur.
  • La répétition des mêmes mouvements qui entraînera la mémoire des muscles tout en les étirant.
  • Des séances régulières : une à plusieurs cours par semaine, seul ou en groupe, permettent d’acquérir progressivement une plus grande flexibilité.
  • Un travail sur le respect de soi-même et la connaissance de soi permettront de mieux réagir aux messages envoyés par le corps et de savoir le respecter sans jamais aller au-delà de ses capacités physiques et mentales.

À noter : certains types et postures de yoga visent à améliorer la souplesse en des points spécifiques du corps. En parler avec l'enseignant peut également être une solution pour progresser.

Envie d'aller plus loin ?

Ces pros peuvent vous aider